Article mis en avant

comment utiliser ce blog ?

Pour me contacter, cliquez sur ce lien : me contacter .
Ce blog n’est pas un guide au sens classique. C’est plus le roman d’aventures d’un passionné de vins anciens et de gastronomie.
On peut accéder à ce blog en cherchant sur un mot (restaurant, vin, année, un plat) ou en suivant le calendrier où les titres de chaque sujet sont indiqués.  Pensez à aller sur d’autres pages que la première, car il y a des sujets passionnants à toutes les pages.

Le détail des prochains dîners se lit ici :  programme-des-repas

 

 

 

 

(ouverture de Mouton 1918 dont l’étiquette Carlu est en tête de ce blog. A gauche, on reconnait Mouton 1945)

Article mis en avant

comment me joindre ?

Remarque importante : je ne suis en aucun cas un organe d’évaluation de la valeur des vins ni d’authentification des étiquettes. Pour toute les questions relatives à la vente, l’achat ou l’estimation d’un vin ou à son authentification, j’ai préparé une réponse type, donnant des informations que l’on peut lire ici : Vous m’avez posé une question sur la valeur et ou la vente des vins que vous possédez . Si je ne réponds pas à un message, c’est parce que j’estime que ma réponse n’apporterait rien de plus que la réponse-type. Merci de votre compréhension.

Il n’est pas prévu – pour l’instant – de dialogue directement sur le blog, car je ne pourrais pas le gérer. Mais on peut m’adresser des questions, des commentaires, des suggestions par mail en se servant du formulaire que l’on trouve en cliquant sur ce lien : me contacter .

On peut me joindre sur twitter  @FrancoisAudouze  et pour mieux me connaitre : http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Audouze

Et sur Instagram à @françoisaudouze

A fantastic adventure at Wine Watch, wine merchant in Fort Lauderdale lundi, 24 février 2020

A fantastic adventure at Wine Watch, wine merchant in Fort Lauderdale

Austin, the Instagrammer who had come to dine with my son in Miami, told us about a wine merchant in Fort Lauderdale, north of Miami, the Wine Watch. In addition to the cellar, there is a room with a kitchen where tastings are organized. And every Friday at 5 p.m., a bar is open where good customers from Andrew, the cellar owner, come. The rule is that everyone offers a bottle of wine and everyone tastes everyone’s wine.

We introduce ourselves, my son and I, a little early and we visit the cellar, very full, which includes wines of all categories, including prestigious wines. I am looking for possible wines for the meeting between amateurs and one of the storekeepers tells me about Pétrus, Krug, Selosse and I imagine that I will have to revise upwards my supply projects.

We go to the big room tasting, decorated with hundreds of lids of wooden cases of wines from all regions of the world. In the air hang representations of wine regions of all countries, made with wine corks. Thousands of plugs are used. A huge chandelier in the center of the room is also made up of corks and empty bottles serve as lamps. The ceiling itself is lined with planks of wine cases. All around the huge room there are bottles, the most prestigious in the Wine Watch cellar.

A good fifteen people are already hurrying to taste the wines presented on the bar counter and I realize that I have misunderstood what is exchanged in this informal tasting. Petrus and Krug will be booked for dinner tonight, which Andrew will explain to me soon.

I start to taste a white wine without knowing what it is. I find it very good, rich and impactful. It is a Domaine de la Tour du Bon Bandol 2011. It is really very pleasant. Wanting to define my contribution, I ask Andrew if he has old wines in his cellar. He shows me a Chambolle-Musigny Pierre Ponnelle 1969 and tells me that it is his year of birth, like that of my son. The level is very correct for a wine of this age. The bottle is bluish like the bottles of the war of 40, which prevents me from seeing the color precisely, but the bottle pleases me. It will be my contribution.

Andrew had previously told me that he doesn’t like old wines. No matter how hard I use my conviction, he will not change his mind. Andrew has a corkscrew with a long wick like mine so can I open easily the bottle of Chambolle-Musigny Pierre Ponnelle 1969. The color of the wine poured into a glass is very beautiful, and the nose is very engaging because it has a beautiful personality. The attack is very soft, velvety, the mid-palate is pleasant. It is the finale which is less flattering, short and dusty, dry. But the wine will improve, and even Andrew will find it interesting for a Villages wine. It is growing and a participant who owns a vineyard in the eastern United States will tell me that it is the greatest wine of his life. I drank the wine lees, very rewarding.

There are so many wines on the bar counter that I will drink only a few. A 2005 Château de Beaucastel Châteauneuf-du-Pape red is appreciated by many but not by me because it lacks precision, probably due to a bottle problem.

The proof is given by a Château Musar 1999, Lebanese wine of exceptional quality, noble, fluid and persuasive. A very great wine. Austin, for his part, bought a Laurent Perrier Grand Siècle Champagne in the cellar, which Andrew announces as the 23rd edition when this figure is not marked, the indication being given only from the 24th, which we drank recently with Austin. This champagne is spectacular, and a hundred cubits above the 24th. This champagne is rich, full, strong, lively. It is so good that instead of going to peck on the counter, I feasted on this exceptional Grand Siècle and with my contribution from 1969.

Andrew shows me the wines for dinner tonight and says: we have six wines and there are only two of us. I ask him the price of dinner. He gives it to me. I sign up with my son and I don’t need to talk long to convince Austin to sign up. So I bring Andrew three more place settings. He finds two others himself. There will be seven of us for an anthology dinner in the Fort Lauderdale Wine Watch cellar.

So this is a completely impromptu dinner of seven people, around Andrew the owner of the place.

It is his wife who cooks and here is the menu : charcuterie and cheese selection : fermin iberico de Bellota, parmigiano-reggiano / seared foie gras with sautéed wild mushrooms on brioche toast / Hoisin glazed king salmon over sautéed baby Bok Choy / duck confit lasagna with wild mushroom Pomerol sauce / chocolate creme brulée with raspberry coulis.

Andrew particularly cherishes Champagne Krug 1990 because it is his last bottle. He has Chimene’s eyes for him. I have them less because I find that this champagne is marked by too strong acidity. It is not impossible that Andrew exposed this bottle to unsuitable temperatures.

Champagne Selosse Lieux Dits Le Bout du Clos disgorged in April 2013 is also Andrew’s last bottle and he cherishes it too. This champagne is magic. It is of rare complexity. It is almost confusing. It is a very large champagne without concession.

The Champagne Salon Blanc de Blancs 1996 is wide, welcoming, with a magnificent balance. I am very comfortable with this champagne which I adore whose power is less sensitive than usual since it comes after the Selosse. We have fun classifying these three champagnes and the Selosse collects a lot of first votes. My classification is Salon, Selosse and Krug, because I have rarely had such a welcoming 1996 Salon.

Andrew had the glasses of all the reds served just under an hour before dinner and I notice an attention that touches me. I told Andrew that I love to drink lees. So there is in front of my place a double row of glasses, the big glasses having the wines and the small glasses placed behind having the dregs of the same wines. I greatly appreciate this sense of welcome.

Château La Fleur Pétrus 2000 is a very happy surprise. It has a density and a balance that I did not expect. It is a rich and large wine with a very rich grain of beautiful truffle.

Château Pétrus 2003 is also Andrew’s last bottle. The wine is not thunderous at all. He plays in discretion. And I find in him all that I love in Petrus, which is not in the affirmation but in the suggestion. This noble and complex wine is pleasant. He is a lord whose grace we admire. There are Petrus much more assertive, even very powerful. This one is the prince of suggestion.

Andrew, obviously in a good mood, added a 2015 Château Clinet, to form a trio of pomerols. He is obviously too young, but I find him a nice balance and already a nice statement. It is a pleasure wine that will chart its course later.

The 2003 Barolo Giuseppe Rinaldi is very pleasant and rich. In the room, I smell an insistent smell of truffle and Andrew tells us that one of the greatest successes of his tastings is the association of fries and truffles. He orders them for our table and the association of these demonic fries with Italian wines is magical.

The Barolo Giacosa Riserva The Rocche del Falletto 2000 is a very large Barolo. It is more capped than the Rinaldi but I have a preference for the more frank Rinaldi. The two Italian wines are sunny and charming, but my heart weighs the scales towards the Pomerols.

We will designate our favorites and the choices will be very varied, the barolos being almost equal with the bordeaux. I will put Petrus first and the only one who will be of my opinion will be Austin whose it is the first Petrus.

The food is excellent and I admire Andrew’s wife who does this beautiful cooking but also does the accounting and collects customer purchases. There is something very nice about the engagement of this couple who manage a real treasure.

Once again, Andrew’s generosity is shown in the following wine: a Malmsey Blandy Madeira 1880, a wine of rare richness, combining the characteristics of a sweet wine with a dry and peppery personality. It has a long finish and a nice balance. A very large Madeira.

My final ranking will be Pétrus 2003 and Salon 1996. Only Austin will have the same ranking as me, the Barolos and the Selosse collecting a lot of votes.

Andrew has an engaging personality. He has his convictions, like that of not loving old wines. We will see if we can organize some events with him in this warm atmosphere. I love adventures like this. Thank you Instagram for initiating the contact with Austin that led to the one with Andrew.

Dîner au Wine Watch caviste au nord de Miami dimanche, 23 février 2020

Nous sommes chez un marchand de vin à Fort Lauderdale, au nord de Miami, le Wine Watch. Nous avons participé à une dégustation informelle qui se tient tous les vendredis à 17 heures et nous nous sommes inscrits, mon fils, Austin et moi de façon tout-à-fait impromptue à un dîner de sept personnes, autour d’Andrew le propriétaire des lieux.

C’est sa femme qui fait la cuisine et voici le menu (de traduction approximative) : charcuterie et sélection de fromages : fermin iberico de Bellota, parmigiano-reggiano / foie gras poêlé aux champignons sauvages sautés sur toasts briochés / saumon royal glacé Hoisin sur Bok Choy sauté / confit de canard et lasagne aux champignons sauvages, sauce Pomerol / crème au chocolat avec coulis de framboise.

Andrew chérit particulièrement le Champagne Krug 1990 parce que c’est sa dernière bouteille. Il a pour lui les yeux de Chimène. Je les ai moins car je trouve que ce champagne est marqué par une acidité trop appuyée. Il n’est pas impossible qu’Andrew ait exposé cette bouteille à des températures inadaptées.

Le Champagne Selosse Lieux Dits Le Bout du Clos dégorgé en avril 2013 est aussi la dernière bouteille d’Andrew et il la chérit aussi. Ce champagne est magique. Il est d’une rare complexité. Il en est presque déroutant. C’est un très grand champagne sans concession.

Le Champagne Salon Blanc de Blancs 1996 est large, accueillant, d’un magnifique équilibre. Je suis très à l’aise avec ce champagne que j’adore dont la puissance est moins sensible que d’habitude puisqu’il passe après le Selosse. Nous nous amusons à classer ces trois champagnes et le Selosse recueille beaucoup de votes de premier. Mon classement est Salon, Selosse et Krug, car j’ai rarement bu un Salon 1996 aussi accueillant.

Andrew a fait servir les verres de tous les rouges un peu moins d’une heure avant le dîner et je note une attention qui me touche. J’avais dit à Andrew que j’adore boire les lies. Il y a donc devant ma place une double rangée de verres, les grands verres ayant les vins et les petits verres placés derrière ayant la lie des mêmes vins. J’apprécie énormément ce sens de l’accueil.

Le Château La Fleur Pétrus 2000 est une très heureuse surprise. Il a une densité et un équilibre que je n’attendais pas. C’est un vin riche et grand avec un grain très riche de belle truffe.

Le Château Pétrus 2003 est aussi la dernière bouteille d’Andrew. Le vin n’est pas du tout tonitruant. Il joue en discrétion. Et je retrouve en lui tout ce que j’aime en Pétrus, qui n’est pas dans l’affirmation mais dans la suggestion. Ce vin noble et complexe est aimable. C’est un seigneur dont on admire la grâce. Il y a des Pétrus beaucoup plus affirmés, voire très puissants. Celui-ci est le prince de la suggestion.

Andrew, manifestement d’humeur généreuse, a ajouté un Château Clinet 2015, pour former un trio de pomerols. Il est évidemment trop jeune, mais je lui trouve un bel équilibre et déjà une belle affirmation. C’est un vin de plaisir qui tracera sa voie plus tard.

Le Barolo Giuseppe Rinaldi 2003 est très plaisant et riche. Dans la salle, je sens une insistante odeur de truffe et Andrew nous dit qu’un des plus grands succès de ses dégustations, c’est l’association frites et truffes. Il en commande pour notre table et l’association de ces démoniaques frites avec les vins italiens est magique.

Le Barolo Giacosa Riserva Le Rocche del Falletto 2000 est un très grand Barolo. Il est plus capé que le Rinaldi mais j’ai une préférence pour le Rinaldi plus franc.

Les deux vins italiens sont ensoleillés et charmeurs, mais mon cœur fait peser la balance vers les pomerols. Nous désignerons nos préférés et les choix seront très variés, les barolos faisant quasi jeu égal avec les bordeaux. Je mettrai Pétrus en premier et le seul qui sera de mon avis sera Austin dont c’est le premier Pétrus.

La cuisine est excellente et j’admire la femme d’Andrew qui fait cette belle cuisine mais fait aussi la comptabilité et encaisse les achats des clients. Il y a quelque chose de très sympathique dans l’engagement de ce couple qui gère un vrai trésor.

Une fois de plus la générosité d’Andrew se montre sur le vin suivant : un Malmsey Blandy Madeira 1880, vin d’une rare richesse, combinant les caractéristiques d’un vin doux avec une personnalité de vin sec et poivré. Il est long en bouche et d’un bel équilibre. Un très grand madère.

Mon classement final sera Pétrus 2003 et Salon 1996. Seul Austin aura le même classement que moi, les Barolos et le Selosse récoltant beaucoup de votes.

Andrew a une personnalité attachante. Il a ses convictions, comme celle de ne pas aimer les vins anciens. Nous verrons si nous pouvons organiser certains de mes dîners avec lui dans cette ambiance chaleureuse. J’aime les aventures comme celle-ci. Merci Instagram d’être à l’origine du contact avec Austin dont découle celui avec Andrew.

Dégustation informelle dans la cave Wine Watch de Fort Lauderdale dimanche, 23 février 2020

Austin, l’Instagrammeur qui était venu dîner chez mon fils, nous avait parlé d’un marchand de vin à Fort Lauderdale, au nord de Miami, le Wine Watch. En plus de la cave, il y a une salle avec une cuisine où s’organisent des dégustations. Et chaque vendredi à 17 heures, un bar est ouvert où viennent les bons clients d’Andrew, le propriétaire de la cave. La règle est que chacun offre une bouteille de vin et tout le monde goûte les vins de tout le monde.

Nous nous présentons, mon fils et moi, un peu en avance et nous visitons la cave, très fournie, qui comporte des vins de toutes catégories, dont des vins prestigieux. Je cherche des vins possibles pour la rencontre entre amateurs et un des magasiniers me parle de Pétrus, de Krug, de Selosse et j’imagine qu’il va falloir réviser à la hausse mes projets d’apports.

Nous nous rendons dans la grande salle de dégustation, décorée de centaines de couvercles de caisses en bois de vins de toutes les régions du monde. En l’air pendent des représentations des régions viticoles de tous pays, réalisées avec des bouchons de vins. C’est en milliers que l’on compterait les bouchons utilisés. Un immense lustre au centre de la salle est aussi constitué de bouchons et des bouteilles vides servent de lampes. Le plafond lui-même est tapissé de planches de caisses de vins. Tout autour de l’immense salle il y a des bouteilles, les plus prestigieuses de la cave du Wine Watch.

Une bonne quinzaine de personnes se pressent déjà pour déguster les vins présentés sur le comptoir du bar et je me rends compte que j’ai mal compris ce qui s’échange dans cette dégustation informelle. Le Pétrus et le Krug seront réservés pour un dîner prévu ce soir, qu’Andrew va m’expliquer bientôt.

Je commence à goûter un vin blanc sans savoir ce qu’il est. Je le trouve très bon, riche et percutant. C’est un Domaine de la Tour du Bon Bandol 2011. Il est vraiment très agréable. Voulant définir mon apport, je demande à Andrew s’il a dans sa cave des vins anciens. Il me montre un Chambolle-Musigny Pierre Ponnelle 1969 et me dit que c’est son année de naissance, comme celle de mon fils. Le niveau est très correct pour un vin de cet âge. La bouteille est bleutée comme les bouteilles de la guerre de 40, ce qui m’empêche de voir précisément la couleur, mais la bouteille me plait. Ce sera mon apport. Andrew m’avait préalablement dit qu’il n’aime pas les vins anciens. J’aurai beau faire usage de toute ma force de conviction, il ne changera pas d’avis.

Andrew a un tirebouchon doté d’une longue mèche comme les miennes aussi puis-je ouvrir sans problème la bouteille de Chambolle-Musigny Pierre Ponnelle 1969. La couleur du vin versé dans un verre est très belle, et le nez est très engageant car il a une belle personnalité. L’attaque est toute douce, veloutée, le milieu de bouche est agréable. C’est la fin de bouche qui est moins flatteuse, courte et poussiéreuse, sèche. Mais le vin va s’améliorer, et même Andrew le trouvera intéressant pour un vin Villages. Il s’élargit et un participant qui possède une vigne à l’est des Etats Unis me dira que c’est le plus grand vin de sa vie. J’ai bu la lie du vin, très gratifiante.

Il y a tellement de vins sur le comptoir du bar que je n’en boirai que quelques-uns. Un Château de Beaucastel Châteauneuf-du-Pape rouge 2005 est apprécié par beaucoup mais pas par moi car il manque de précision, sans doute à cause d’un problème de bouteille. La preuve en est donnée par un Château Musar 1999, vin libanais de qualité exceptionnelle, noble, fluide et persuasif. Un très grand vin.

Austin de son côté a acheté en cave un Champagne Laurent Perrier Grand Siècle qu’Andrew annonce de la 23ème édition alors que ce chiffre n’est pas marqué, l’indication n’étant donnée qu’à partir de la 24ème, que nous avons bue récemment avec Austin. Ce champagne est spectaculaire, et à cent coudées au-dessus de la 24ème. Ce champagne est riche, plein, fort, entraînant. Il est tellement bon qu’au lieu d’aller picorer sur le comptoir, je me suis régalé avec ce Grand Siècle exceptionnel et avec mon apport de 1969.

Andrew me montre les vins du dîner de ce soir et me dit : nous avons six vins et nous ne sommes que deux. Je lui demande le prix du dîner. Il me le donne. Je m’inscris avec mon fils et je n’ai pas besoin de parler longtemps pour convaincre Austin de s’inscrire. J’apporte donc à Andrew trois couverts de plus. Il en trouve lui-même deux autres. Nous serons sept pour un dîner d’anthologie dans la cave Wine Watch de Fort Lauderdale.

D’autres moments à Miami dimanche, 23 février 2020

Mon fils nous emmène dîner dans un restaurant espagnol, le restaurant Alma. La décoration est simple et c’est la cuisine qui est l’atout principal du lieu. Des petites entrées sont délicieuses, betteraves rouges légèrement cuites, tentacules de pieuvre, coquilles Saint-Jacques et ris de veau. Mon fils a apporté un Vega Sicilia Unico 2009 et le fait goûter au chef, même si l’on sait que l’on paiera un droit de bouchon. Le vin est jeune et dense, avec cette fraîcheur si caractéristique de ce grand vin. J’ai choisi une belle pièce de bœuf parfaitement cuite qui est idéale pour le vin qui se montrera encore meilleur si l’on attend quelques années de plus. Dans ce restaurant qui ne paie pas de mine nous avons bénéficié d’une cuisine simple de très bon goût.

Nous allons à Miami Beach par un beau soleil radieux et une belle chaleur. Attention aux coups de soleil, car nous sommes aux Tropiques. Les immeubles et maisons Art Déco sont magnifiques et les couleurs superbes. La plage est belle, les jeunes montrent les résultats de leur body-building, les femmes sont aguicheuses, les voitures extravagantes font vroum-vroum mais seulement sur quelques mètres car la police veille. Il y a du clinquant mais on s’en moque, car ce Miami bouge, s’anime, et vit.

Nous allons déjeuner au restaurant Gianni’s le restaurant hôtel installé dans la villa propriété de Gianni Versace où il a succombé il y a 23 ans. La décoration est extravagante mais belle. Le lieu est superbe. Les créatures qui nous reçoivent sont d’une grande beauté. La cuisine est simple et sans prétention ce qui n’est pas le cas de l’addition finale. Dans ce cadre chargé de l’histoire d’un génie de la mode, nous avons passé un très agréable moment, sans vin, car il fait trop chaud.

Bulletins du 1er semestre 2020, du numéro 858 à … dimanche, 23 février 2020

Bulletins du 1er semestre 2020, du numéro 858 à …

Pour lire un bulletin, cliquez sur son adresse.

(bulletin WD N° 866 200225)   Le bulletin n° 866 raconte : Saint-Vincent de vignerons de Champagne à l’Assiette Champenoise avec cinq chefs totalisant 14 étoiles pour un diner d’anthologie et préparatifs d’un futur dîner à l’Auberge de Bagatelle au Mans.

(bulletin WD N° 865 200218)   Le bulletin n° 865 raconte : dîner de chef à la Manufacture Kaviari avec le chef du restaurant Shang Palace de l’hôtel Shangri-La et déjeuner avec un amoureux des vins anciens au restaurant Pages, avec des vins centenaires.

(bulletin WD N° 864 200211)   Le bulletin n° 864 raconte : deux Romanée Conti préphylloxériques dans un dîner d’amis au restaurant Michel Rostang.

(bulletin WD N° 863 200204)   Le bulletin n° 863 raconte : dîner de la veille de la Saint-Sylvestre, réveillon de fin d’année 2019 dans le sud.

(bulletin WD N° 862 200128)   Le bulletin n° 862 raconte : le film ‘l’Ame du Vin’ de Marie Ange Gorbanevsky, dîner du 24 décembre, déjeuner du 25 décembre et déjeuner de la veille de la Saint-Sylvestre.

(bulletin WD N° 861 200121)   Le bulletin n° 861 raconte : dîner au restaurant Le Relais Louis XIII, déjeuner au restaurant l’Assiette Champenoise avec un grand vigneron et des vins antiques et dîner avec mon fils.

(bulletin WD N° 860 200114)   Le bulletin n° 860 raconte : présentation des vins du millésime 2016 du domaine de la Romanée Conti au siège de Grains Nobles, suivie d’un dîner, deux dîners avec mon fils, présentation dans une boutique éphémère des vins R.S.R.V. de la maison de champagnes Mumm.

(bulletin WD N° 859 200114)   Le bulletin n° 859 raconte : déjeuner de conscrits au siège du Yacht Club de France, dîner de famille avec de très grands vins, déjeuner au restaurant Yam’Tcha, introduction à la dégustation des vins du domaine de la Romanée Conti au siège de Grains Nobles.

(bulletin WD N° 858 200107) Le bulletin n° 858 raconte : 240ème dîner de wine-dinners pour 21 convives au restaurant Marsan d’Hélène Darroze.

Grand repas chez mon fils à Miami vendredi, 21 février 2020

Une des plus fidèles participantes de mes dîners vit à Charlotte en Caroline du Nord après avoir longtemps vécu à Miami. Il est prévu que nous dinions avec elle et une de ses amies chez mon fils. Nous mettrons les petits plats dans les grands. Par ailleurs, ayant signalé sur Instagram ma présence à Miami, un de mes abonnés, Austin, amateur de vins m’a proposé que nous nous rencontrions pour partager des vins. On ne se connaît pas, mais l’idée de l’inviter au dîner prévu avec nos amis me semble s’imposer.

Le repas prévu en fonction des vins que j’ai achetés sans connaître les vins d’Austin est : coquilles Saint-Jacques / poulet grillé et purée Robuchon / tarte Tatin préparée par ma femme.

Austin arrive avec trois vins plus un dessert au chocolat. Connaissant les autres vins, je rends à Austin l’un de ses vins et j’intègre les deux autres. Le dessert au chocolat suivra la tarte.

L’apéritif commence par un Champagne Veuve Clicquot Ponsardin 2008. Il est jeune bien sût et ne s’anime vraiment que sur les grignotages d’apéritifs, des crevettes assaisonnées et un curry de poulet très épicé. C’est un champagne qui sera grand quand il aura quelques années de plus.

Le Champagne Krug Grande Cuvée 166ème édition est fait de vins de 2010 et plus anciens, remontant jusqu’en 1996 mais en traces. Je suis enthousiasmé par l’attaque de ce champagne qui exprime des petits fruits rouges et roses charmants. Il est extrêmement complexe et se montre déjà glorieux alors qu’il progressera encore. Je suis ravi par ce vin d’Austin.

Les coquilles Saint-Jacques sont cuites à la perfection par ma femme, dans une simplicité absolue. Le Corton-Charlemagne Louis Jadot 2015 est puissant, affirmé et de belle richesse. Il se montre beaucoup plus mature que ce qu’on attendrait de son âge. L’accord est superbe.

Le poulet ou plutôt les poulets sont goûteux et la purée Robuchon est un péché de gourmandise. Le Corton-Grancey Louis Latour 2005 est un vin que j’avais acheté lors d’un précédent séjour à Miami. Il est splendide et ce que j’adore, c’est qu’il respire l’âme de la Bourgogne. Il est follement bourguignon, sans concession.

Le Nuits-Saint-Georges Clos de la Maréchale Jacques-Frédéric Mugnier 2008 a été apporté par Austin car il avait vu sur mon compte Instagram que je l’avais bu et aimé récemment. C’est un vin que j’ai beaucoup apprécié mais qui souffre de passer après le Corton. Il est juteux, riche de fruits, mais il n’a pas l’âme de la Bourgogne qui m’avait conquis il y a un instant en buvant le Corton Grancey. Ce Nuits que j’avais bu récemment m’avait plus ému.

L’Hermitage M. Sorrel 2004 est un cadeau que Sarah, l’amie fidèle de mes dîners, avait faite à mon fils lors d’une récente visite chez lui. Il est d’une limpidité et d’une lisibilité parfaite. On ne se pose pas de question et on jouit d’un vin de plaisir, moins complexe que les vins bourguignons, mais qui s’en soucierait quand la joie de vivre est là.

Les préférences entre les trois vins rouges varient. J’ai personnellement classé ainsi : Corton Grancey, Hermitage et Nuits Saint Georges, surtout parce que le dernier ne m’a pas donné la même émotion que lorsque je l’avais bu il y a peu.

La tarte Tatin est divine, gourmande et il se produit un de ces moments que je chéris particulièrement. Il y a une telle continuité gustative entre la tarte et le Château Climens Barsac 2009 que l’on ne sait pas si l’on  »mange le vin » ou si l’on  »boit la tarte ». Ils se confondent. Le Climens est très jeune, gamin pré pubère, mais l’année 2009 est tellement grande que le vin est riche, puissant et expressif. C’est un grand sauternes.

Le gâteau au chocolat apporté par Austin me pousse à ouvrir un Champagne Laurent-Perrier Cuvée Grand Siècle N° 24. C’est la première fois que Laurent-Perrier donne un numéro à sa cuvée de prestige. Elle est composée de vins de 2004, 2002 et 1999. Il s’agit du 24ème assemblage de cette cuvée. Je lui trouve les caractéristiques que j’adore, de fleurs blanches et de fruits blancs, qui lui confèrent un romantisme assumé.

Austin s’est montré un convive attachant, ce qui fait que notre belle assemblée s’est quittée tard dans la nuit. Tous les vins de ce repas présentaient un grand intérêt et la cuisine a été d’une pertinence reconnue par tous.

restaurant Rusty Pelican et un autre repas vendredi, 21 février 2020

A Miami, nous allons dîner au restaurant Rusty Pelican dont la salle est directement à l’aplomb de l’eau. La cave à vins est visible car les hautes armoires sont en verre. Il y a des vins de très haute qualité. Nous n’étions pas d’humeur à faire des folies aussi ai-je bu un Champagne Veuve Clicquot Brut sans année au verre, fort plaisant sur une langouste du Maine cuite convenablement avec un risotto. Il est toujours agréable de venir dans ce restaurant de Key Biscane.

Lors d’un repas chez mon fils nous buvons un Champagne Les Nogers Blanc de Blancs extra-brut de Dhondt-Grellet 2013. Ce chardonnay provient de vieilles vignes de 55 ans. Il a été mis en bouteille en mai 2014. C’est une maison dont j’avais vu le nom sur des étiquettes sans jamais avoir bu leur champagne. Il est manifestement bien fait, mais j’attendais un peu plus d’émotion.

Mon fils n’ayant pas envie de champagne a ouvert un Château Doisy-Daëne Grand Vin Sec 2016. Il est très jeune et très vert, mais j’aime bien sa simplicité fraîche. Ce vin créé par le regretté Denis Dubourdieu, qui est mort en l’année de ce vin, me plait par sa franchise.

Départ à Miami vendredi, 21 février 2020

Nous partons pour trois semaines à Miami. Le vol se passe sans aucun problème malgré une tempête finissante au moment de notre départ. A Miami, on ne remplit plus les imprimés traditionnels sur lesquels on s’engage à avoir un comportement irréprochable. On scanne soi-même son passeport et on répond aux questions sur un écran. Et l’on prend aussi soi-même ses empreintes digitales. Le terminal nous donne alors un accusé de réception des saisies. Mais apparemment ce n’est pas suffisant. Ma femme est dirigée vers les files « A » et je suis dirigé vers les files « C ». Dans une immense salle d’environ 400 mètres de long, la file d’attente serpente sur quatre voies consécutives. Je vais faire un périple de près de 1600 mètres pour rejoindre l’un des contrôles douaniers où l’on pose mille questions sans tenir compte de ce que l’on a déjà rempli. Le passage en douane a pris environ deux heures. Ma femme arrivée près des bagages une heure avant moi s’est inquiétée. Enfin nous sortons de ce cauchemar, d’autant plus frustrant que tout ce cinéma pourrait être évité.

Il fait beau, mon fils est venu nous chercher. Nous rejoignons Coral Gables et le gigantesque hôtel Biltmore chargé d’histoire. Tout est beau et propre et c’est un bonheur de voir une nature luxuriante et belle qui apporte une sérénité certaine. On ne peut pas être pessimiste dans un tel paradis.

Chez notre fils, l’accueil se fait avec un Champagne Dom Pérignon 2008 dont mon fils sait que je l’adore. Il est un peu chaud et doit se refroidir pour bien s’exprimer. Des pinces de crabes et un poisson excellent forment un repas de plaisir pour ces retrouvailles.

Le lendemain, toujours chez mon fils nous buvons un Champagne Billecart Salmon Brut sans année toujours aussi agréable dans sa fluidité et sa simplicité qui côtoie une belle vivacité.

Mon fils nous organise une promenade dans les Everglades en bateau mû par un moteur d’avion à hélice. Dans cet espace sauvage les oiseaux sont majestueux et de belles couleurs et les alligators se prélassent au soleil. C’est une belle promenade dans une nature protégée.

242ème dîner de wine-dinners à l’Auberge de Bagatelle au Mans samedi, 8 février 2020

Le 242ème dîner de wine-dinners se tient à l’Auberge de Bagatelle au Mans. J’étais venu il y a une quinzaine de jours, pour livrer les vins du dîner mais aussi pour étudier la cuisine du chef Jean-Sébastien Monné qui a obtenu très rapidement une étoile au guide Michelin.

Entretemps, nous avons échangé sur la formulation du menu, composé pour mettre en valeur les vins du dîner. Un peu avant 16 heures, le jour dit, j’arrive au restaurant. Matthieu, le sommelier, me montre les bouteilles qu’il a mises debout en cave la veille au soir. Les températures de cave pour les blancs et pour les rouges ont été mises aux niveaux que j’avais souhaités.

Mandatés par le chef, un journaliste et un photographe viennent pour m’interroger et assister à l’ouverture des vins.

L’ouverture des vins n’a pas toujours été simple, car beaucoup de bouchons se sont émiettés et beaucoup collaient aux parois. Le bouchon du Haut-Brion 1919 porte l’inscription de rebouchage au château en 1983. Très comprimé, il s’est brisé en morceaux. Le bouchon du Lafite 1971, trop collé au verre vient avec le ‘Durand’ qui combine un bilame avec un tirebouchon. Le bouchon du vin jaune de 1949 sort en lambeaux et celui de l’Yquem 1959 aussi. Le plus beau bouchon est celui de la Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1983.

Le journaliste, avant que je ne commence les ouvertures, m’avait demandé ce que je ferais si des vins étaient impropres à être consommés. Par bravade, j’ai dit que normalement il n’y aurait pas de problème. Qu’en est-il ? L’odeur du Corton Charlemagne 1990 est riche et épanouie. Celle du Lafite 1971 est prometteuse et forte. Celle du Haut-Brion 1919 est plus discrète mais promet un vin équilibré. Celle du Mazis-Chambertin est très bourguignonne et riche. Celle du Vega Sicilia Unico 1972 a le charme discret de ce vin fruité. Celle de la Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1983 est toute en subtilité. Le vin du Jura est une bombe de fragrances ensoleillées et la noix envahit la pièce avant même que le bouchon ne soit sorti en entier. Le parfum de l’Yquem est tout épicé et annonce la mangue. Le Sherry du Cap 1862 nous offre une suavité olfactive d’un rare raffinement.

Aucun vin ne montre des senteurs négatives. Le journaliste qui a senti tous les vins est impressionné de constater que tous les vins se présentent bien. Le chef a senti les vins ce qui lui a donné des idées sur la finition des plats qu’il va composer.

Mon hôtel est tout proche et je vais m’y changer. Tout semble se présenter au mieux.

Les premiers convives arrivent vers 19h30 et l’on m’annonce que l’un d’entre eux, prisonnier de transports affectés par des grèves ne rejoindra notre table que vers 22 heures. On lui gardera un verre de chaque vin et les plats au chaud. A 20 heures nous sommes neuf, dont quatre convives ont déjà participé à des dîners.

Matthieu sert le Champagne Dom Pérignon 1980 en magnum dont le bouchon s’était cisaillé lorsqu’il a voulu l’ouvrir à 19 heures. Le champagne est à peine ambré. Il n’a quasiment pas de bulle, mais le pétillant est là. Ce champagne est confortable et rassurant. Il a une belle présence et il est facile à vivre. On le sent à l’aise en toutes circonstances. Les petits amuse-bouches sont absolument délicieux et remarquablement exécutés, avec des saveurs diverses précises, et le Dom Pérignon les accompagne avec facilité. Au milieu du repas, après plusieurs autres vins, j’ai goûté à nouveau ce Dom Pérignon et j’ai pu mesurer à quel point sa présence est enjouée.

Le menu créé par le chef Jean-Sébastien Monné est : bouchées en dégustation / huîtres Gillardeau n°3 : granité au poivre Timut/ caviar Daurenki Tsar impérial et crème double citronnée / beurre d’algues et échalotes / noix de St. Jacques de Brest grillées, céleri confit aux feuilles de cerisier et pommes dauphines de patates douces / fritto de perche du Lac Léman, haricot œil noir / homard breton, pommes de terre truffées / pigeon de Mesquer cuit dans une cocotte lutée, salsifis rôtis et cuisses confites, jus de pigeon au whisky tourbé / filet de bœuf de Galice, jeunes carottes fanes, jus de bœuf / foie gras breton qui a été poché dans un bouillon de cou de canard / Comté 18 mois / Stilton / mini-soufflé à la mangue et mangue rôtie / financiers à la réglisse.

Nous passons à table et les huîtres présentées en trois façons sont magnifiques et vives. Le Champagne Selosse Substance dégorgé Juillet 2011 montre une personnalité affirmée impressionnante. Là où le Dom Pérignon se voulait consensuel, le Selosse est un guerrier. C’est Spartacus auquel on pense, le jour où Kirk Douglas a pris le chemin du Paradis. Il est cinglant avec l’iode des huîtres.

Les coquilles Saint-Jacques sont handicapées par les patates douces qui sont un éteignoir de leur vivacité. Et elles n’ont pas de chance car le Corton-Charlemagne Bonneau du Martray 1990 qui montre au premier abord une belle richesse manque d’énergie et de brio. Il est bon, scolairement bon.

Le poisson est absolument parfait. Le Château Lafite-Rothschild 1971 a une couleur plutôt claire pour un Lafite de cet âge. J’aime reconnaître les caractéristiques riches et profondes de Lafite, fondées sur une truffe incisive. Mais comme pour le vin blanc précédent, le vin manque d’ampleur et de coffre. Je l’aime beaucoup pour ce que je reconnais de la noblesse de Lafite, mais le compte n’y est pas.

Le homard est superbement traité et tout le monde est impressionné par le Château Haut Brion Graves 1919. Ce vin a tout pour lui. Présence, noblesse, richesse, équilibre et séduction. C’est un vin qui s’impose et l’accord est parfait. Beaucoup de certitudes tombent ou d’idées préconçues, sur ce que devrait être un vin centenaire. Nous jouissons d’un vin exceptionnel et d’un très bel accord. Je ne pourrais pas dire que ce 1919 est au niveau d’un Haut-Brion 1928 qui m’avait ému au plus haut point, mais le 1919 est vraiment un très grand vin comme le montreront les votes.

Le pigeon cuit à la perfection a une chair magique et le Mazis Chambertin Poulet P&F 1961 est une divine surprise. Il exprime avec force et conviction ce que doit être un vin de Bourgogne. Il en est l’archétype. Belle mâche, belle râpe et un joli fruit convaincant. Il est un des vins les moins capés de ce dîner, mais il se comporte en prince. Tout le monde l’a adoré. Il me fait penser aux Nuits Cailles Morin 1915 qui sont aussi dans la définition absolue du vin de Bourgogne idéal.

Beaucoup de convives attendaient énormément du Vega Sicilia Unico 1972. Il est associé à une viande maturée de grande qualité et il a tout ce qui peut faire un grand vin, mais on en attendait peut-être un peu plus que ce qu’il nous offre. Il manque de vibration, même s’il est grand.

Le chef a particulièrement réussi le foie gras poché servi simplement sans son bouillon. Et la tendreté du foie est idéale pour accompagner les subtilités d’une délicate Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1983. Je suis sous le charme de ce vin car je retrouve tout ce que j’aime de la Romanée-Conti où tout est suggéré plus qu’affirmé. Je serai le seul à placer ce vin en premier dans mon vote. J’ai bu 21 vins du domaine de la Romanée Conti de cette année 1983 que j’aime, car elle n’était pas attendue comme brillante et elle a compensé en exacerbant ses délicatesses. L’accord est parfait et le vin me ravit.

Le comté de 18 mois est un peu sec mais très expressif. Le Vin Jaune Fruitière Vinicole d’Arbois 1949, au parfum qui trompette tant il est envahissant, est une bombe de noix. L’accord avec le comté qui est aussi riche en noix est un des piliers des accords mets et vins de la gastronomie française. On se régale.

L’accord qui suit est encore plus brillant, car le stilton est excellent et le Château d’Yquem 1959 à la robe extrêmement foncée est d’une richesse de fruits exotiques confits impressionnante. Il sait être gras mais aussi épicé et large. C’est un grand Yquem.

L’Yquem brillera aussi sur le soufflé à la mangue et moins sur la mangue elle-même, engoncée dans une pâte brisée qui freine l’accord.

Lorsque j’étais venu étudier la cuisine du chef j’avais été impressionné par un granité au café qui m’avait tenté de l’associer au Sherry du Cap 1862. Mais à l’ouverture des bouteilles, il est apparu qu’il fallait ne conserver que la variante du ‘plan B’, des financiers à la réglisse. Et l’accord est pertinent car la réglisse se retrouve dans le sherry, alcool très sec et d’une grande douceur, tout en subtilités indéfinissables. Il est étrange et insaisissable, et j’adore ses énigmes. Il est puissant sans être trop fort. Il évoque un alcool blanc.

Si trois vins n’ont pas été aussi vibrants que ce qu’on pouvait imaginer, le Corton Charlemagne, le Lafite et le vin espagnol, les trois étaient de grands vins malgré tout. C’est par rapport aux autres, particulièrement brillants, que l’on a ressenti ces légers manques.

C’est le moment du classement. Chacun doit nommer ses quatre préférés. Six vins vont avoir les honneurs d’être nommés premier par au moins l’un des convives. Le Haut-Brion obtient quatre votes de premier et se trouve sur toutes les feuilles de votes. L’Yquem est nommé premier deux fois. Le Selosse, le Mazis-Chambertin, le Vega Sicilia Unico et la Romanée Saint-Vivant obtiennent chacun un vote de premier.

Le classement du consensus serait : 1 – Château Haut Brion Graves 1919, 2 – Château d’Yquem 1959, 3 – Mazis Chambertin Poulet P&F 1961, 4 – Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1983, 5 – Champagne Selosse Substance dégorgé Juillet 2011, 6 – Vega Sicilia Unico 1972.

Mon vote est : 1 – Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1983, 2 – Château Haut Brion Graves 1919, 3 – Château d’Yquem 1959, 4 – Mazis Chambertin Poulet P&F 1961.

Lorsque le dernier convive est arrivé alors que nous avions déjà accompli la moitié du chemin, il a été servi de chaque plat et de chaque vin et il a fallu qu’il nous rattrape. J’ai tenu à ce que nous l’attendions pour goûter le foie gras poché qu’il était séant qu’il essaie avec nous. Ce retard, combiné avec le fait que ce groupe d’amis se connaissent et se racontent mille et une histoires, a conduit à nous faire dépasser à table les deux heures du matin. Toute l’équipe du restaurant qui a fait un travail remarquable nous a accompagnés jusqu’à la fin du repas. Nous avons félicité le chef qui a pleinement réussi cette belle expérience au cours de laquelle on ne cherche pas à faire des plats qui ont une vie autonome mais des plats qui ne se conçoivent que par rapport aux vins qu’ils accompagnent.

Cette expérience est réussie, et tout laisse à penser que ce dîner aura des suites.

Dîner du 6 février 2020 à l’Auberge de Bagatelle au Mans

Champagne Dom Pérignon 1980 magnum

Champagne Substance Jacques Selosse dégorgé en juillet 2011

Corton Charlemagne Grand Cru Bonneau du Martray 1990

bouchons du Bonneau 1990 et du Lafite 1971

Château Haut Brion Graves 1919

bouchons du Haut-Brion 1919 et du Romanée St Vivant 1983

Château Lafite-Rothschild Pauillac 1971

Mazis-Chambertin Poulet Père & Fils 1961

bouchons du Mazis 1961 et du Vega 1972

Romanée Saint-Vivant Domaine de la Romanée Conti 1989

Vega Sicilia Unico 1972

Vin Jaune Fruitière Vinicole d’Arbois 1949

Château d’Yquem 1959

bouchons du Vin Jaune 1949 et de l’Yquem 1959

Sherry du Cap 1862

Apéritif dans le sud chez des amis dimanche, 2 février 2020

Dans le sud il fait beau. Je suis invité chez des amis. Ce sera un apéritif prolongé plus qu’un vrai repas. La maîtresse de maison est particulièrement généreuse et nous mangerons sans doute plus en grignotant qu’en un dîner. Le Champagne Charles Heidsieck Blanc de Blancs brut sans année est droit, assez simple mais se boit agréablement. J’ai apporté un Champagne Salon 1997 et l’on mesure la différence de complexité entre les deux champagnes. Le millésime 1997 est aujourd’hui pour Salon d’une plénitude particulière. Il est accompli, riche et conquérant.

Mon ami commence à acheter des vins anciens aux enchères. Il a ouvert vers 13 heures deux vins rouges. Le Château La Grâce Dieu Saint-Émilion 1959 est d’une belle couleur non marquée par l’âge. Le nez est élégant et en bouche la mâche est belle, faite de truffe. Le vin est riche et plaisant. Ce n’est pas le plus grand des Saint-Émilion, mais c’est une très belle surprise.

A côté de lui c’est un Château Cardinal-Villemaurine 1996 lui aussi un Saint-Émilion. La bouteille étant sans étiquette, nous n’avions pas lu l’année et nous n’imaginons pas en le goûtant que ce vin soit si jeune. Il paraît plus mûr que son âge. Il est moins complexe que le 1959, mais il est plaisant à boire.

Ces deux vins sont très convaincants. Il faut que mon ami continue dans cette voie d’achats de vins anciens car ça lui réussit.

Dans quelle monnaie est exprimé le prix du Cardinal-Villemaurine ? Mystère…